Le projet PAMINE

En 2000, les chefs des quatre clans Surui se sont réunis afin de rechercher une solution pour la survie de leur peuple. Chaque clan devait proposer une un projet à développer pour le bien de la tribu entière. C’est à cette occasion qu’Almir Narayamoga Surui, Chef du clan Gamebey ( le clan des guerriers chargé de la protection de la tribu) et à cette époque “ministre des affaires étrangères” de la tribu entière, élabore son concept de sauver l’intégrité de la tribu et son territoire en utilisant la reforestation comme catalyseur. Après s’être assuré du soutien inconditionnel de son clan, il propose donc le projet de reforestation “PAMINE” qui sera mis en route par le clan Gamebey.

Ce projet est intégré dans un plan global de gestion durable sur 50 ans du territoire des Surui élaboré par chef Almir avec le soutien de l’ONG brésilienne Kaninde.

Plano_de_Gestao_Surui

Télécharger la version portugaise en PDF
Télécharger la version anglaise en PDF

En 2004, Chef Almir se met à la recherche d’une institution pour le soutenir dans son projet de reforestation et c’est ainsi que lors d’une recherche sur internet, il tombe sur l’Association Aquaverde…

Le projet PAMINE a été entièrement élaboré par les Surui eux-mêmes, selon leur propre philosophie de vie.

Le but de ce projet est d’engager le plus grand nombre de Suruí, à la suite de ceux qui les premiers en ont été demandeurs (les habitants du village de Lapetanha et leur leader Almir Narayamoga Suruí) dans des activités préservant la forêt amazonienne dans toute sa diversité biologique.
Le développement du projet se fera par l’exemple, les autres clans devant être convaincus pour y participer, selon leurs coutumes. Puis une fois que la tribu entière participera, le projet sera exportable par les Surui auprès des autres tribus.

Il s’agit pour cela de rendre attractif et bénéfique la plantation d’arbres, afin de démontrer à l’ensemble de l’ethnie, voire aux peuples voisins, que l’exploitation du bois et les autres activités prédatrices ne sont pas les seules solutions qui s’offrent aux Indiens face aux pressions économiques qui s’exercent sur leurs sociétés.

La restauration de la richesse de la forêt aux alentours des villages devrait permettre à la fois de réduire leur dépendance alimentaire à l’égard de la ville et leur fournir des revenus tirés d’une activité durable, tout en leur permettant de protéger l’intégrité de leur territoire forestier encore inviolé soit 93% des 250.000 hectares de la Terra indigena.

Bénéficiaires
Le bénéficiaire « officiel » du projet, celui avec qui le contrat a été signé et qui a la responsabilité de le mettre en oeuvre sera l’Associção Metareilá do Povo Indigena Surui, association représentant la tribu, et présidée par Almir Narayamoga Suruí. Les bénéfices des produits commercialisés lui reviendront entièrement, sauf ceux de l’artisanat, qui reviennent à chaque artisan.

Néanmoins les bénéficiaires « concrets » du projet sont les habitants des villages participants. Ce sont eux qui participent à la réalisation du projet et qui, outre le salaire qui leur sera versé lorsqu’ils y travailleront, en retireront savoir et expérience en la matière, pui qui bénéficieront des produits de consommation directe.

Bien-fondé
Les Terres Indigènes sont au Rondônia quasiment les seules qui aient un tant soit peu résisté à la déforestation. Il est essentiel de soutenir les Indiens qui souhaitent s’engager dans la voie de la reforestation et d’une économie durable, et ce à la fois au sein du peuple Suruí et au-delà.

De plus, les Suruí jouissent d’un grand prestige auprès des autre peuples indigènes, en tant que peuple qui a su le mieux s’organiser face aux Blancs (création d’association, investissement dans l’éducation, etc.), et actif dans plusieurs organisation interethniques. Le leader à l’origine du projet, Almir Narayamoga Suruí, a des fonctions de représentant des Indiens du Rondônia et du Brésil auprès d’instances nationales et internationales. L’implantation de ce modeste projet possède ainsi un rayonnement certain.

En 2011, le dernier petit clan de 80 personnes, le clan Makor, qui ne participait pas encore au projet PAMINE se joint au projet. Le projet proposé par les Gamebey est le seul à avoir résisté au temps!

IMG_1438detoure-m